Portraits

Le portrait photographique revêt une difficulté que peu de photographes osent avouer. En effet, il est un témoin excessif. Car il peut être soit très ambivalent (voire totalement trompeur, comme l’a démontré Koulechov en son temps), soit révélateur d’une vérité trop intime que le modèle lui-même n’aurait pas souhaité partager ainsi. Et c’est pour cela qu’en définitive, très peu de portraits sont réellement authentiques. Y compris ceux que vous verrez dans cette section. Je ne connais aucun photographe portraitiste totalement accompli. Ceux qui se proclament comme tels se mentent à eux-mêmes. Et ce qui sauve en général le photographe (en dehors des considérations purement techniques), c’est qu’il est le seul à savoir si son portrait est réellement fidèle ou non à l’histoire qu’il tente de nous raconter. Car le public projette toujours sa propre idée sur l’image… son envie, voire son fantasme. Le photographe, lui, n’a plus ce luxe une fois le déclencheur activé.